taiji03.jpgIl faut distinguer la pratique du Taiji Quan de celle de la gymnastique à la Taiji : la première travaille la forme et le fond, tandis que la seconde la forme uniquement !

Nous ne parlerons donc que de la pratique du Taiji Quan.

Le Taiji Quan permet d'ouvrir la Petite puis la Grande Circulation Céleste (Nei Dan Shu), but ultime du Travail du Qi (*). Mais, il faut compter avec un entraînement régulier, assidu et surtout correct, d'au moins dix ans.

Dans le système de travail du Grand Maître Chen Zheng-Lei, le Ji-Ben Gong, ou travail des bases du Taiji Quan, est la 1ere étape indispensable à acquérir dans la pratique du Taiji Quan.

La caractéristique de la pratique du Ji-Ben Gong est la répétition d'un même mouvement. Cette répétition permet, avec le temps et du travail, d'acquérir :

  • Relâchement,
  • Position corporelle correcte et coordination de l'ensemble du corps,
  • Le Chan-Si-Jing c'est à dire : la force-énergie de dérouler le fil de soie (Chan = dérouler, Si = fil de soie, Jing = force-énergie),

nécessaires à une bonne pratique du Taiji Quan.

La pratique correctement réalisée du Ji-Ben Gong permet aux débutants de sentir plus facilement la circulation de l’énergie.

Une caractéristique de la pratique du Taiji Quan est la réalisation d'un enchainement (ou forme), c'est à dire d'une suite précise de techniques. Lorsque l'enchainement est correctement réalisé, cela apporte un sens pratique, externe, et martial, aux différentes techniques. L'entraînement préalable au Ji-Ben Gong permettant une exécution de la pratique avec son sens interne.

Enfin, Zhan-Zhuang (position du pieu planté dans le sol) permet l'enracinement, l'introspection et il nourrit le Qi. Ce travail immobile complète le travail en mouvement du Lao-Jia.

Outre le travail individuel, le travail à deux (Tui-Shou) est indispensable afin de se rendre compte de notre réel relâchement, et de notre exactitude dans la réalisation de la technique.

Les armes traditionnelles (l’épée, le sabre, la hallebarde, la lance, la longue perche et les armes doubles) font partie intégrante de l'enseignement. Le but est, dans ce cas, de chercher à transmettre l’énergie à l’extrémité de l’arme. Cela permet d'expérimenter les différentes formes de forces du Taiji Quan.

L'essence de la pratique est résumée dans la phrase suivante :

"le coeur dirige l'intention qui mobilise le Qi qui conduit au gestuel".

En d'autres termes, cela revient à dire :
Chaque mouvement, doit être guidé par l'intention et non par l'imagination, et accompli avec le Qi et non la force musculaire.

(*) Nous essaierons, autant que possible, de ne pas employer le terme Qi Gong, mot générique utilisée la 1ere fois vers 1970 et désignant toutes les techniques respiratoires anciennes ou modernes.

Qi Gong = Littéralement le travail du Qi, le souffle, que l’on trouve dans Jing Qi Shen, (essence séminale, le souffle et l’esprit), les 3 niveaux énergétiques.

De plus, en Occident, ce terme est utilisé indifféremment pour désigner, non pas comme en Chine toute activité permettant de Travailler le Qi, mais des pratiques le plus souvent basées sur l'imagination, la croyance, etc.

En Chine, Le Taiji Quan, vu qu'il permet de travailler le Qi est classé par un Conseil d'Anciens comme étant un Qi Gong Supérieur. Nul besoin de prendre des cours de Qi Gong, si vous prenez des cours de Taiji Quan, il suffit de travailler chez vous...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site